Family Circus (Alexandre Pineau - 1968)

“Family Circus” peut se découvrir comme une simple scène de genre pleine de couleurs et de caractère.

Cependant, Alexandre Pineau était un homme cultivé et plein d’ironie qui mettait donc une certaine distance avec l’époque qu’il traversait. L’observateur de son oeuvre peut la parcourir de façon réjouissante en tentant de décrypter le deuxième, voire le troisième degré de l’artiste.

“Family Circus” est un exemple remarquable de l’humour du peintre et de la profondeur de son analyse de la société.

Remarquons d’abord le cœur de la toile qui apparaît, à travers les rideaux, le tapis et le pupitre comme un drapeau bleu, blanc, rouge. Observons, la petite peinture encadrée au second plan à droite qui est une reprise de “La liberté guidant le peuple” de Delacroix. Le mouvement de la femme, sa poitrine découverte, l’homme à ses pieds sont une discret rappel du chef d’oeuvre de 1830 alors que la femme sur scène prolonge l’allégorie en retrouvant les couleurs, le bonnet, la robe, la ceinture du personnage central de la peinture de Delacroix: Marianne.

Les similitudes sont légion: l’homme avec un chapeau haut de forme, les immeubles en arrière-plan. Observons que l’orateur au chapeau melon est sous un miroir ovale Louis Philippe. Pour revenir aux couleurs de la République, elles sont présentes sur le spectateur en bas à gauche de la tribune, presque comme des petits écussons sur une veste bariolée symbole de diversité politique. Enfin, le clown sous la peinture est en bleu, blanc, rouge.

Alexandre Pineau joue manifestement avec le double sens de sa création et les références explicites et implicites. Il nous propose une vision très critique de la vie politique de son époque et s’inquiète pour l’avenir de la République. Le tribun est affublé d’un singe, quel symbole! Marianne porte des gants, pour garder les mains propres? Les danseuses sont sur scène, un tableau représente un couple qui s’enlace: jugement moral sur les histoires d’alcôves de la République? Le personnage en bleu blanc rouge de dos avec la queue de pie et le haut de forme semble déséquilibré dans un début de danse avec Marianne. Les autres personnages à la tribune sont des clowns: image d’un meeting politique? La République est-elle crucifiée? Pourquoi, en effet, le tapis rouge dessine t-il le bas d’une croix prolongée par le pupitre et l’orateur?

Le peuple, au pied de la scène, observe le théâtre, le cirque politique, la grande famille politique et son spectacle permanent pendant qu’en arrière-plan quelques toits de maisons sont absorbés par de grandes tours soulignant les évolutions de la société et le changement d’époque qui s’opère dans une atmosphère nuageuse avec, cependant, la lumière à l’horizon et donc un peu d’espoir. Sur la peinture de Marianne dénaturée, il semble écrit “I Love” comme un cri du coeur de l’artiste.

La Liberté guidant le Peuple (Eugène Delacroix - 1830)